Cahiers Spartacus

                 Catalogue et vente en ligne

Les livres sont classés par ordre alphabétique, vous pouvez faire une recherche par titre ou sélectionner un ou plusieurs auteurs qui vous intéressent.

All

Rudolf Rocker

Anarchisme et organisation

5.0 EUR

Militant anarchiste allemand, Rudolf Rocker fut contraint à l’exil dès l’âge de 20 ans. Il vit à Paris, puis à Londres, et participe alors pendant les années qui précèdent la première guerre mondiale aux luttes des ouvriers de la confection. Pendant la guerre, il est interné en raison à la fois de sa nationalité, de ses activités anarchistes et de son opposition à la guerre. En 1918, il est expulsé d’Angleterre et rentre en Allemagne au moment de l’instauration de la république. Malgré la répression des mouvements révolutionnaires conduite par les sociaux-démocrates au pouvoir, la mobilisation ouvrière restera forte dans les années qui suivront.

 Le rôle joué par les syndicats sociaux-démocrates pendant la guerre et après le renversement de l’Empereur les ont largement discrédités aux yeux des ouvriers les plus combatifs. Dès son retour en Allemagne, Rocker rejoint une organisation syndicaliste révolutionnaire, et il sera emprisonné après l’écrasement du mouvement spartakiste à Berlin[1] .

 À cette époque, il veut contribuer aux débats qui opposent les anarchistes au sujet de l’organisation qu’ils doivent se donner, du degré acceptable de coordination des groupes locaux, de la validité de lignes directrices communes, toutes questions qui, dans une telle période d’affrontements, revêtaient une importance capitale.

 

Dans cette brochure qu’il rédige alors, Rocker, partisan convaincu d’un rassemblement des forces sur une base fédérale, fait l’historique des conceptions de l’organisation qui ont traversé le mouvement anarchiste depuis le milieu du XIXe siècle et la place qu’ont pu y prendre l’action individuelle et la conspiration et le termine par un état des lieux des organisations anarchistes en Europe.

 

Pour une étude plus complète des débats sur les questions d’organisation au sein du mouvement anarchiste jusqu’à ces dernières décennies, on pourra se reporter au livre d’Alexandre Skirda, Autonomie individuelle et force collective.



[1] Voir par exemple André et Dori Prudhommeaux, Spartacus et la Commune de Berlin, Spartacus, 1972.